A propos de Natch



DÉMARCHE ARTISTIQUE
 

Au travers d'une peinture contemporaine, à la jonction entre l’étude classique du nu et l’art urbain, j’invite le spectateur à naviguer dans une nouvelle esthétique. Deux styles, à priori inconciliables, traduisent la nature paradoxale de l’être humaine et de notre société.

Cette motivation à décortiquer et à comprendre le genre humain, est née d’une peur quasi-maladive de l’autre. Enfant introvertie et timide, communiquer verbalement a longtemps été vécu comme un problème. Lorsque pour mes 14 ans, ma mère m’emmène visiter le Louvre, c'est le déclic. Plus précisément, c’est en regardant la sculpture « Le baiser » de Rodin, que je comprends qu’il est possible de communiquer autrement que par les mots, tant la sculpture me transporte, me fait vibrer, me parle. Touchée également par l’univers de Ingres et de ses baigneuses, je commence, dès le lendemain, à apprendre le nu au fusain, à l’aide de photos trouvées dans les magasines de mode.

Cette nouvelle passion, associée à un gout prononcé pour la documentation, m’a progressivement amenée au style que vous découvrez aujourd’hui. Influencée par mes recherches sur le symbolisme, le langage corporel et la sociologie, mais aussi par des artistes issus de l’art urbain tel que Keith Harring, 3TTMan ou encore le duo Ukrainien Interesni Kazki, j’explore les possibles définitions de ce qu’est l’humain. 

Contradictoire? Fou? Matérialiste? Oui. Mais il réside aussi en lui, une beauté qu’il faut selon moi, absolument mettre en lumière. Entraide, compassion et joie de partager, font aussi parti de nous. Les silhouettes, dénuées de visages, de cheveux, de sexes, parfois difformes, suggèrent l’androgynie, l’intimité et l’acceptation des imperfections. Une façon d’aller à l’encontre, de tout ce qui ne laisse pas de place à l’unicité. 
En plus d’être un appel à la tolérance et à un retour vers l’essentiel, cette « mise à nu » vise aussi à révéler notre beauté cachée et l’existence d’un monde plus subtil. Le mouvement, quant à lui, reflète les agitations de la foule, des pensées et des fluctuations de la vie. Finalement, ces corps flottants, entremêlés et utilisés comme fil conducteur, deviennent des particules, capables de créer de nouvelles images : portraits ou compositions géométriques. Ils établissent ainsi une double lecture, des histoires à lire, dans lesquelles le spectateur est convié à s'immerger.

Je veux que mes peintures puissent être visibles autant dans l’environnement urbain que dans l’espace d’exposition. Ma priorité est la diffusion, la plus vaste possible, d’un message social positif. Le débat du choix entre le « Street-art désintéressé ou la galerie élitiste » n’a donc aucune place. De plus, l’art étant l'espace d’expression libre par exellence, il me semble impératif de ne se fixer aucune barrière et de rester insouciant. Sans cela, comment la créativité pourrait-elle s’exprimer pleinement ?
 

BIOGRAPHIE


Nom: Marie Bechade de Fonroche
Née à Aix en Provence / 1990
Diplômée en tant que:
“Conceptrice en communication Visuelle” en 2013

Après ma visite du Louvres, à 14 ans, je décide d’apprendre seule à reproduire des nus
au fusain et des peintures de Ingres à l’acrylique à l’aide de magasines de mode.

Je m’intéresse ensuite à l’histoire de l’art, au langage corporel, à l’étude des symboles et à la sociologie.
Diplômée en 2013 en tant que Conceptrice en Communication Visuelle (ECV - 5ans),
l’idée de devenir artiste reste omniprésente dans mon esprit.

Directrice Artistique pendant 3 ans en Indonésie au service
d’un investisseur Singapourien (Mr Nasser Saddiqué), je travail sur la création de concepts
et d’identités visuellespour des Beach-Clubs, des Hôtels et des Restaurants. Je lui propose
simultanément des peintures murales adaptées à l’identité des lieux (à voir sur Insta @natchstudio)

Ce n’est qu’en 2017, suite à cette expérience professionnelle de 3 ans, que je décide de développer
mon propre langage visuel et artistique. Soutenue par la Rumah Sanur Creative Hub (Bali)
qui me proposede devenir artiste résidente et émergeante, j’opère très rapidement
une transition du Graphisme vers l’Art. Je me réinstalle en France (à Lacanau) la même année
mais je garde mes liens avec l’Indonésie.

Avec l’accord de l’artiste Grems, je créer une peinture murale sur les portes extérieures du bâtiment
utilisé par le Colorama Festival organisé en Août 2018 à Biarritz a n d’en célébrer sa fermeture.

En décembre 2018, je participe à ma première exposition collective, également à Biarritz, aux Serres de la Milady.

2019 sera dédié à un développement sérieux de mon identité: création de fonds, communication
(site web: www.natchartwork.com), nouvelles toiles, impression industrielles etc...

Prochainement:

x Exposition du 04 au 16 Aout à Lacanau.

x Exposition + talk-show à Bali (Rumah Sanur) prévue pour Septembre 2020 (initialement prévue pour Mars 2020 mais décalée).
Intitulée « L’identité à travers le voyage”, j’y explore les effets d’un choc culturel sur notre identité et je mets en lumière
les points qui ont marqué mon expérience Indonésienne, tel que la notion de temps,de la mort ou du bonheur.

x Exposition fresque Street-Art Concours Vatel du 08 au 29 Septembre 2020 - Cap Science Bordeaux.

x Je répond actuelement à divers concours en France et à l’International.
 





 

Top